Contrairement à la semaine dernière, mon mercredi m'a permis de me poser (sans obligation de récupération d'un quelconque objet) chez une amie le temps d'un café. Enfin...un café...façon de parler ! Car chez elle, à toute heure de la journée, quelque chose mijote sur le feu ou sort du four. Et pourtant elle travaille, puisqu'il s'agit de la pharmacienne chouchoute de toutes les mamies du centre ville.

Souris Sourire est le plus joli spécimen de Souris Vietnamienne que l'on puisse imaginer. Etant mon aînée de quatre lustres (hé, hé, hé...à vous, érudits internautes de savoir à quoi correspond un lustre...), elle a donc de grands enfants, tous baby-sitters accomplis des Mulots. Ses deux filles et elle sont une incarnation vivante des pubs Comptoir des Cotonniers : une maman asiatique, deux filles eurasiennes, longilignes, un joli camaïeu de teintes sourdes,  avec accessoires chics et détails amusants, qu'elles se chipent les unes aux autres. Et comme le titre l'indique, toutes dotées d'un ravissant et permanent sourire.

cdc

Venant déposer Mulot N°2 pour un rencart ciné avec une des filles, étudiante en médecine en attente de rentrée, je me suis retrouvée assise à la table pour la fin d'un déjeuner de famille pépiant et gai. Une spectaculaire amie de ma Souris Sourire, probablement  une amie de pensionnat chez les religieuses françaises du temps où leur pays s'appelait encore l'Indochine, mais qui a, elle,  choisit un autre exil et un autre style.

Une mincissime (encore jeune ?) femme, très maquillée, aux ongles pointus laqués de mauve irisé et ne parlant plus qu'anglais. On m'informe qu'il s'agit de Caroline, "who is living in K.L".  "Hmmmm...OK, OK" répond la Souris qui se demande de quelle ville il peut bien s'agir. Kuala Lumpur m'informe courtoisement la soeur aînée de Souris Sourire, version austère de mon amie.

Je présente à mon tour les Mulots, raccourcissant le prénom composé de Mulot N°2 en Loulou et espérant que le prénom de Mulot N°3, en 2 syllabes, serait facilement audible.

Immenses yeux écarquillés (botoxés ?) de mon interlocutrice "Cookie ?!?" "Euh...what ?" "His name is Cookie?" Effectivement, à une oreille malaisienne, le prénom du Mulot peut sonner comme ça. J'explique alors diplomatiquement et en anglais que , vu le nombre de cookies qu'il engloutit, ça ira pour aujourd'hui comme surnom. Eclat de rire général et voilà mon grassouillet Mulot, hilare de bonnheur, tripotant un somptueux sautoir que je soupçonne d'être en jade, sur les genoux d'une improbable Miss KL et appelé "Cookie, Cookie, Chocolate Cookie" par une petite voix flûtée estampillée "Mille Fleurs d'Asie" .

cookie

Pendant ce temps, d'un petit café, je suis passée à une tranche de melon, des figues, des chocolats, etc...

Je tente de récupérer Mulot N°3 qui transite maintenant de bras en bras et répond par un même sourire aux interjections en français, anglais ou vietnamien. J'embrasse Souris Sourire et lui confirme ma ferme intention de prendre R.V. avec elle un dimanche par mois pour un atelier d'apprentissage de la couture : je suis, d'un précédent emploi, l'heureuse propriétaire d'une pile de tissus somptueux et d'aucun talent. Souris Sourire est tout à fait capable de décider, à 13 H,  de se faire "une petite jupe de rien du tout" pour le soir même !

De plus, cette maman exemplaire, qui m'a appris que les bébés vietnamiens, dans les milieux traditionnels, ne pleuraient jamais car ils sont portés ou collés à leurs mères jusqu'à l'âge de 2 ans, doit cette année négocier un virage difficile : plus aucun enfant à la maison...il va falloir aller au ciné et au restau entre filles pour compenser.

En rattachant mon Mulot dans sa poussette, je me souvins soudain de la raison de ce déjeuner : une soeur perdue l'année dernière,  quelques mois après un frêre. La même année.  Une tristesse infinie que nous avons tous essayé de panser. Une de nos amies communes, fleuriste au prénom de fleur, lui a offert toutes les fleurs pour la cérémonie. Aussi élégante moralement que physiquement, Souris Sourire l'a remercié, devant son refus catégorique d'être payée, par un cours de patisserie chez Lenôtre, spécial "macarons"...et moi, j'ai goûté les résultats !

Derrière ces sourires amicaux, ceux qui sont devenus une famille adoptive, puisque leur dernière fille est la marraine du Mulot N°3, cachaient donc une comémoration douloureuse. Cette famille, celle de mon amie, comptait 7 enfants, tous sortis un par un, d'un Vietnam communiste et farouchement hostile à  ces grands bourgeois, propriétaires de plantations d"hévéas, par un père, chef de clan dont toute la sagesse semble résider dans cette phrase répétée avec admiration par son gendre et ses petits-enfants :

"Dans la vie, le secret, c'est qu' il faut être tolérant".

721066_vietnam_buddhism

Souris Sourire aime :

Comptoir des Cotonniers

Les tissus du marché Saint-Pierre

Les ateliers cuisine Lenôtre

La recette des financiers au thé vert Mariage Frêres